Centre aquatique intercommunal : surcoût ou pas surcoût ?

Définition Larousse du mot surcoût : « Somme qui vient en excédent du coût normal de quelque chose »

Les faits :

  • Délibération conseil communautaire CCTA du 5 décembre 2018 : le coût global de l’opération s’élève à 9 200 000 € TTC (CF aussi : 7,6 millions € HT écrit dans le journal « lien Tarn Agout » N°39 p. 4 distribué en décembre 2018 dans les boites aux lettres des habitants de la CCTA – https://www.cc-tarnagout.fr/?-Journal-Communautaire- ).
Crédits de paiement (CP)

Projet

Opération

Autorisation de Programme

(AP) TOTAL TTC

Inscription budgétaire BP 2018

Prévisionnel 2019 Prévisionnel 2020
Equipement aquatique intercommunal à Lavaur 939 9 200 000,00 € 1 000 000,00 € 4 000 000,00 € 4 200 000,00 €
  • Délibération du conseil communautaire CCTA du 30 janvier 2019 : « Le coût global de l’opération de construction du centre aquatique intercommunal à Lavaur s’élève à 8.785.665 H», soit 10.542.780 € TTC

Soit une augmentation du coût global TTC du centre aquatique intercommunal prévu à Lavaur de 1 342 780 € entre le 5 décembre 2018 et le 30 janvier 2019.

https://www.cc-tarnagout.fr/?-Les-registres-des-deliberations-

Que s’est-t-il donc passé entre le 5 décembre 2018 et le 30 janvier 2019 ?

Béotiens que nous sommes, il nous avait semblé que le « surcoût » (ou plutôt les 1 342 780€ d’augmentation entre décembre 2018 et janvier 2019) trouvait son explication dans la présence malencontreuse d’eau en surabondance dans le terrain choisi pour la construction.

Mais nous nous trompions : il n’y a pas de « surcoût » et les informations données dans la presse (qui parlaient d’eau, de pompage, de pieux, de pilotis, etc) étaient parfaitement infondées. M. Bonhomme lui-même révoque ce terme de « surcoût », appuyé avec force par M. Carayon. Fort de son expérience d’élu de terrain, M. Carayon expliquait hier à l’assemblée communautaire que « les prévisions et plans sont faits pour être violés » et qu’un prévisionnel n’était qu’une « appréciation incomplète de la réalité », sic.

Ces affirmations nous ont un peu tourneboulés, car le « surcoût » (ou plutôt l’appréciation flottante du coût global du centre aquatique) n’est pas anodin, mais, d’après M. Carayon, c’est le vécu ordinaire des élus à la tête des collectivités : plus d’un million de différence en un mois, on ne va pas en faire un fromage tout de même !

Synthèse :

2 choses à se rentrer dans la tête : le mot de « surcoût » est tout à fait impropre et le terrain choisi est approprié pour la construction du centre aquatique (un peu d’eau dans le sous-sol ne va quand même pas remettre en question tout le projet !).

Au vu de ces éléments, la majorité des conseillers communautaires sauf 4 abstentions (Mmes Destaillats, Mousson et Juan et M. Leroy) ont voté pour un programme à 10.542.780 € TTC. Rassurons-nous, M. Bonhomme nous a garanti que ce serait cette fois le montant définitif du coût global TTC du futur centre aquatique intercommunal pour la CCTA. Si par malchance, d’ici quelques mois, on s’apercevait que le coût prévu devait être dépassé à nouveau (vous avez bien compris maintenant que les prévisionnels sont conçus pour ne pas être respectés), les habitants de la CCTA hors vauréens peuvent dormir sur leurs 2 oreilles : le nouveau « surcoût », ou plutôt nouveau dépassement malencontreux et tout à fait imprévisible par nos élus pourtant très expérimentés, sera pris en charge cette fois par la seule commune de Lavaur. On respire, non ?

A suivre, donc.

 

EPP

Publicités