Reprise EELV //CCTA : Dali expose à l’espace ressource ?

Communiqué de presse

GAT EElv Lavaur-Graulhet-Saint Sulpice

Le surréalisme a-t-il élu domicile à l’espace ressource du rond point de Gabor ? A écouter les prises de paroles des élus siégeant au conseil communautaire, ce jeudi 4 avril, nous en avons l’impression. « Le surréalisme est un mouvement artistique du XXe siècle, comprenant l’ensemble des procédés de création et d’expression (peinture, musique, cinéma, photographie, littérature…) utilisant toutesles forces psychiques (automatisme, rêve, inconscient) libérées du contrôle de la raison1. »

M. Carayon a effectivement libéré son contrôle de la raison. Avant, il n’était pas le dernier à fustiger l’accumulation des strates administratives (« le mille-feuille ») et le voilà prêt à inventer une nouvelle couche : un hybride entre la communauté des communes et la commune. La piscine est un projet communautaire mais qui serait financé avec une participation spécifique de la commune de Lavaur. Jusqu’à présent les communes déléguaient des compétences aux communautés des communes. Là, la compétence communautaire de création d’un centre nautique serait « re-déléguée » à la commune de Lavaur ! Je donne ma compétence et quand elle n’est plus à moi, je la finance encore… Pas de doute, c’est tordu, surréaliste et pourtant c’est cette hypothèse qui a été très sérieusement évoquée au cours du débat sur les dérives financières occasionnées par la construction de ce futur centre nautique en milieu marécageux.

M. Bernardin est lui aussi séduit par le courant surréaliste et le lâcher prise. Le voilà transformé en chantre de la transition écologique, vantant le plan climat énergie. Et de citer les ambitions de ce programme : « viser une cohérence entre les actions et les acteurs en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique ». Il y a un mois, ce même monsieur, maire de Saint Sulpice, signait le permis de construire pour implanter une activité logistique XXL, 100 % fret routier, 0 % photovoltaïque. Alors, réduire les émissions de gaz à effet de serre ? Réduire notre dépendance aux énergies fossiles ? Augmenter nos capacités de production d’énergie renouvelable ? Pour sûr, la cohérence est hors de contrôle !

A ces contradictions flagrantes, ajoutez un peu d’outrances verbales du premier magistrat vauréen,quelques lapsus malencontreux du Président, une assistance clairsemée et peu réactive et vous aurez un tableau digne d’une provocation de Salvator Dali. Lui aussi jonglait en toute impunité avec desmillions. C’était sous le regard amusé des critiques d’art. A Gabor, c’est beaucoup moins d rôle.

C’est notre démocratie locale qui prend l’eau.

Fait à Lavaur le 5 avril 2019

1 Extrait de la définition wikipédia du surréalisme

Publicités