ZAC Portes du Tarn : la fabuleuse histoire de l’élanion blanc

L’élanion blanc est un oiseau classé parmi les espèces protégées. Souvent décrit comme un petit rapace à grosse tête1, nous pouvons dire également qu’il est têtu.

Un couple de cette espèce est venu l’année dernière nicher au milieu de la ZAC en friche. Sans doute, la faune des petits rongeurs qui s’était installée sur ces terres agricoles laissées à l’abandon pendant trois années avait attiré le couple. Il vécurent heureux et firent plusieurs nichées sous les regards attendris d’ornithologues amateurs. A la fin de l’automne 2018, un drame s’est produit. Le nid a disparu, la branche support n’était plus. Le couple s’est exilé sur les terres voisines de la commune de Buzet.

De mauvais esprits ont fait un rapprochement entre cette expulsion et le projet immobilier qui est envisagé sur cette parcelle. L’argumentation de ces médisants est grossière : les promoteurs de la construction d’un bâtiment logistique XXL auraient sciemment négligé les directives sur la protection de la biodiversité, la nidification des élanions en était la preuve, ils auraient éliminé l’habitat gênant. Comme si nos dirigeants osaient penser que « l’écologie, ça commence à bien faire » ! Qui peut croire en de telles balivernes ?

Ces mauvais esprits prolongent leur tâche nihiliste en insinuant également que l’implantation express d’une culture céréalière sur ces terres aurait pour objectif de réduire la biodiversité naissante. La mauvaise foi de ces réfractaires est patente !

Heureusement, la nature ne ment pas. Les élanions sont revenus s’installer sur la parcelle incriminée. Ils ont nidifié. Et ils ont eu deux jolis petits oisillons blancs. Les premières photos officielle de cette famille heureuse ont été prises la semaine dernière.

Moralité, la nature est résiliente tant qu’il reste un peu de terre vivante.

Parions que les mauvais coucheurs oseront instrumentaliser cette love storie pour revendiquer une transition économique respectueuse de l’écologie.

Publicités