Choisir son développement

Répondre aux besoins des populations actuelles (sans compromettre les capacités de répondre aux besoins des générations à venir), tel devrait être l’objectif principal dune politique économique. Cette évidence devrait nous conduire par commencer à préciser quels sont ces besoins. Autrement dit, consulter les citoyens sur l’élaboration des décisions communales devrait être la règle. A l’évidence, chaque commune a ses propres particularités issues de son histoire singulière. Les actions municipales ne peuvent donc pas être uniformes, même si certaines d’entre elles peuvent être mutualisées. Pour autant, les outils mis à disposition des mairies pour agir sont assez standardisés : la fiscalité locale1, les subventions aux entreprises2 et la réalisation en régie3.

  • Que voulons nous organiser à l’échelon intercommunal ? (zone d’activité, accompagnement d’initiatives)
  • Quelle orientation voulons nous impulser à la fiscalité locale de l’intercommunalité4 ? ( taux d’imposition, exonération partielle, report)
  • Quelle compétence voulons nous opérer en interne à l’échelon de la commune ? Quelle compétences mutualiser à l’échelle intercommunale ? (eau, énergie, assainissement,déchets, restauration collective, transport ….)
  • Comment pouvons nous systématiser la prise en compte de l’impact sur le climat et la biodiversité des choix économiques ou fiscaux5 ?

Le champ du questionnement (et du possible) est donc large. S’inspirer de ce que font les voisins peut être utile. Tirer les leçons de la gestion passée est indispensable (nous ne manquerons pas d’évoquer la ZAC des Portes du Tarn et le contre exemple TERRA 2). Tel est le menu de la rencontre du 18 juillet.

 

Rappel : rencontre « Et si on parlait vraiment politique » jeudi 18 juillet 20h30 salle Phébus (rue Barthélémy, face à la médiathèque) à Saint Sulpice.

 

1Rappelons que la fiscalité locale des entreprises a été transférée à la communauté des communes.

2Subventions directes (aide à l’immobilier d’entreprise comme celle accordée aux pommiers de Lavaur pour leur excellence environnementale …) et aides indirectes (pépinières d’entreprises comme à Rabastens, locaux mis à disposition par la CCTA)

3Distribution de l’eau (Castres), de l’énergie (ESL Lavaur), collecte des ordures (Lautrec), transport (Graulhet)…

4Fiscalité de l’intercommunalité dont le taux dépend du vote du conseil communautaire : CFE (cotisation foncière des entreprises), Taxe d’habitation et taxe sur le foncier.

5Cf les propositions formulées par les associations de la métropole toulousaine

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s